Archives mensuelles: mars 2012

ambiance design emploi entrepreneur marketing

Previously…

Plus d’un mois que j’ai arrêté le développement informatique, mon dernier boulot, et le temps prend une autre signification pour moi. Inscrit au pôle emploi, je n’ai pas encore eu le montant officiel de l’indemnisation ASSEDIC, et pourtant je sais que le temps joue un peu contre moi. Plus je tarde à signer un local et démarrer mon activité et plus je piocherai dans mes réserves personnelles qui sont là pour financer mon apport personnel.

J’ai décidé au final de confier la réalisation de l’identité visuelle à un graphiste pro avec qui j’ai déjà travaillé sur un autre projet. Il saura à coup sur cristalliser toutes mes attentes, mais ça en fait ma première facture, alors que je n’ai pas encore créé la société. J’attendais de trouver le local, faire mon emprunt à la banque avant de monter la structure. Ce ne sont que des tracasseries d’écritures comptables, mais les avances que je paye de ma poche aujourd’hui doivent être intégrées au plan de financement. Par ailleurs, il faut également que je contact un avocat et/ou un comptable. Je suis aussi en contact avec une architecte d’intérieur.

C’est passionnant de rencontrer toutes ces personnes, échanger sur mon projet et avoir leur retours dessus. Je rencontre également fréquemment des propriétaires de bar et restaurants que j’ai dans mes connaissances, et toutes expériences et conseils de ces personnes sont bons à prendre.

Mais à force de parler de mon projet, ici, sur twitter, lors des échanges avec mes amis et professionnels, une seule question reviens tout le temps : « Alors, c’est pour quand? ». Je suis le premier frustré que tout ne se débloque pas d’un coup de claquement de doigts, et je fais le maximum de mon coté pour aller le plus vite possible. Mais la contrainte numéro 1, c’est le local commercial, je suis en négociation avec un propriétaire, et je ne sais pas combien de temps ça va prendre. J’ai presque envie de surpayer son fond de commerce tellement j’ai envie de passer à une autre étape du projet, mais ce geste serra difficile à justifier auprès de mes associés et la banque. C’est une partie de poker où il ne faut pas que je fasse All in et où il faut que j’use consciencieusement de chaque jeton dont je dispose, je ne peux pas me permettre de flamber.

à la carte cuisine

Atelier Ha Kao

J’ai vu ma mère confectionner des dim sum des centaines de fois. Aujourd’hui, alors qu’elle a rangé son tablier depuis des années, je lui ai demandé de me révéler ses techniques. Ce n’est pas moi qui ferais la cuisine au Yumcha, on ne peut pas être en salle et au fourneau, mais j’ai quand même voulu apprécier la complexité de la tâche.

Les Ha kao, ce sont de délicieuses bouchées, avec une pâte transparente laissant entrapercevoir de craquants morceaux de crevettes. Selon ma mère, ce sont les dim sum les plus difficiles à réaliser en raison de la pâte. Composée de farine de froment et de fécule de pomme de terre, elle se doit d’être pétrie avec de l’eau chaude afin de s’assurer d’une demi cuisson, la rendant plus élastique au travail. Sans ça impossible d’exécuter un pliage correct. La farce quant à elle est composée de crevettes et de  pousses de bambous.

Il m’a bien fallu en faire une dizaine avant d’obtenir une forme esthétique, et pour la rapidité c’est pas encore ça, mais j’ai vraiment apprécié cet après midi avec ma mère. Passer du temps en cuisine avec elle, j’aurais pas pensé le faire un jour. Les photos que j’ai prise avec l’iphone sont vraiment pas réussies donc je m’abstiendrais d’en poster ici.

J’en profite également pour vous parler du projet de ma soeur, qui elle n’hésite pas depuis des années a récupérer le savoir culinaire familial : d’Asie ou d’Ailleurs. Elle a animé un atelier samedi dont vous pouvez voir le très bon compte rendu de Marie ici, qui elle fait de très belles photos.

 Je rajoute une photo des Ma Lai Ko, trop kawaï, préparés récemment par ma soeur dont vous pourrez trouver la recette familial sur son blog. C’est un dessert que je veux mettre à la carte, mais bon sans les Hello Kitty :D

emploi entrepreneur Lyon

Rendez vous à la CCI et réunion d’information

Signer le solde de tout compte avec mon ancien employeur, rendez-vous au Pôle Emploi pris pour lundi, et me rendre à la CCI hier, voilà 3 étapes que j’avais noté en premières démarches administratives. La chambre du commerce et de l’industrie, c’est ce grand bâtiment place de la bourse. Tous les lyonnais sont passés devant au moins une fois dans leur vie.

Pas besoin de prendre rendez vous pour les premières étapes, l’espace entreprendre est ouvert tous les matins. Cette visite m’a permis de parler à 2 interlocuteurs, et de valider les informations que j’avais déjà récolté par moi même sur le net, c’est rassurant, comme quoi le site de l’APCE est vraiment très bien fait. On m’a inscrit à une réunion d’information, « 10 points pour entreprendre », où je me suis rendu ce matin. Là aussi, le discours et les termes m’ont paru familier, j’ai eu l’impression d’avoir bien fait mes devoirs. Je tiens à préciser que le conférencier, dont je ne me souviens hélas pas du nom, a fait passer cette demi journée et le jargon technique comme par enchantement, je ne me suis pas du tout ennuyé, son humour et sa clarté ont agi comme un charme.

Le seul petit reproche que j’émettrais c’est qu’on était vraiment nombreux, du coup pas eu beaucoup de temps pour échanger avec les animateurs. Mais pour un service totalement gratuit, on va pas faire la fine bouche non plus ! Je recommande à tout les créateurs de ne pas hésiter à franchir la porte de la CCI, surtout ceux qui ne sont pas à l’aise avec Google, il n’y a pas que le net finalement qui a réponses à vos questions !